Sign in / Join
serveurs virtuels

Les différents serveurs virtuels

 

Aujourd’hui, la virtualisation est en effet au milieu des tendances. Elle permet d’économiser du temps puisqu’elle donne une plus grande rapidité dans la réalisation de vos activités. Vous pourrez disposer d’un plan de reprise fiable de vos activités et pour leur expansion. Nous allons voir dans cet article les bénéfices que vous obtiendrez avec des serveurs virtuels.

A lire en complément : Sites d’offres d’emplois : comment s’y retrouver ?

Les caractéristiques des serveurs virtuels

Les entreprises actuelles disposent de plusieurs serveurs. Néanmoins, seulement les 15 % de leur capacité sont utilisés pour affronter les pointes de charges. En plus ces derniers temps, la consommation d’énergie augmente en même temps que l’évolution de la technologie. Dans le cadre d’une société, la virtualisation correspond au fonctionnement de plusieurs serveurs virtualisés sur une seule machine physique.

Il faut noter également qu’on appelle serveur, l’ensemble constitué par un système d’exploitation et des applications. C’est une technologie qui permet de fournir de nombreux serveurs ou postes de travail informatiques à travers une seule plateforme matérielle. Actuellement, on peut remarquer plusieurs moyens de virtualisation dont les plus connus sont ESXI de VMware, Hyper-V et Virtual Serveur de Microsoft.

Lire également : Pourquoi ne pas tester le portage salarial ?

Le fonctionnement d’un serveur cloud

On peut dire que le serveur Cloud fonctionne comme les serveurs physiques à part que les fonctions qu’ils procurent sont assez différentes. Quand les clients d’une entreprise utilisent un hébergement Cloud, ils doivent louer un espace de serveurs virtuels au lieu de louer ou d’acquérir des serveurs physiques. Le coût d’un hébergement Cloud est régulièrement basé sur une tarification à l’heure selon les dispositions indispensables à un moment déterminé.

D’habitude, on distingue divers types d’hébergement, à savoir l’hébergement partagé et l’hébergement dédié. Le premier est souvent choisi puisqu’il est économique dans les cas où les serveurs sont distribués entre les clients des fournisseurs d’hébergement. Pour le second, c’est une forme d’hébergement plus avancée dans le client fait l’achat des serveurs physiques complets sans partage avec d’autres clients. Au contraire des serveurs dédiés, les serveurs Cloud ont l’atout de fonctionner sur un hyperviseur. C’est un outil de virtualisation qui permet à plusieurs systèmes d’exploitation OS de fonctionner ensemble sur une même machine physique. Il peut contrôler la capacité et la transférer là où elle est utile en fonction de l’utilisation des systèmes d’exploitation. Grâce à l’hébergement Cloud, plusieurs serveurs sont disponibles pour chaque client.

 

En résumé, la virtualisation des serveurs est plus adéquate pour les entreprises qui avancent lentement dans les changements organisationnels que mène le Cloud, tandis que les sociétés plus expérimentées seront plus avantagées à condition qu’elles adoptent directement le Cloud. Grâce à serveurs virtuels, les infrastructures virtualisées consolideront les systèmes hétérogènes sur un équipement homogène et centralisera la gestion et la surveillance, sans oublier les économies éventuelles avec une diminution du temps d’administration en réduisant la multiplication des serveurs, et en évitant d’étendre la surface des bureaux de travail et la consommation d’énergie de l’entreprise. Bref, pour être dans l’air du temps, il est recommandé de passer à la virtualisation pour faciliter vos travaux et vos activités.