maison-basse-energie-bertix-luxembourg-3

La maison basse énergie: une définition confuse

maison-basse-energie-bertix-luxembourg-3A l’heure actuelle, les nouvelles constructions doivent respecter des normes énergétiques qui varient selon les régions. La plupart de ces habitations sont donc considérées comme “basse énergie” mais ce terme reste flou pour le grand public comme pour certains constructeurs. L’occasion de revenir sur ce concept qui sera bientôt remplacer par les maisons passives.

Dans les grandes lignes, une habitation basse énergie standard vise à réduire la consommation énergétique des habitations en optant pour un niveau d’isolation particulièrement élevé ainsi que pour des réductions d’énergie de chauffage. Cependant, contrairement à la maison passive, le standard basse énergie ne peut pas se passer d’un système de chauffage traditionnel (c’est-à-dire d’une chaudière à gaz, à mazout ou à pellets ou encore d’une pompe à chaleur) et l’installation d’un système de ventilation double flux dépendra de la volonté du Maître d’Ouvrage.

A lire en complément : Achat et installation de votre home cinéma : nos conseils

A l’heure actuelle, la définition du standard basse énergie reste assez confus puisque certains parlent de respecter une consommation de 60 kWh/m² par an alors que d’autres estiment qu’il faut atteindre 45 kWh/m² par an ou encore 30 kWh/m² par an.

Le cas de la Région Bruxelles-Capitale

Pour bien mesurer la confusion qui demeure entre les différentes définitions de la maison basse énergie, la Région Bruxelles-Capitale distingue deux types de maisons basse énergie: la basse énergie standard et la très basse énergie.

A lire en complément : Le Bisphénol A, un réel danger ?

Une maison basse énergie standard consisterait donc en une habitation pour laquelle la demande énergétique pour le chauffage et le refroidissement des pièces n’excéderait pas 60 kWh/m² par an alors que la consommation en énergie primaire pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire ainsi que les auxiliaires électriques devrait rester inférieure ou égale à 150 kWh/m² par an.

A côté de cette définition, la Région Bruxelles-Capitale indique qu’une maison très basse énergie se définit selon une demande énergétique totale inférieure à 30 kWh/m² par an pour le chauffage et le refroidissement ainsi qu’une consommation en énergie primaire inférieure ou égale à 95 kWh/m² par an.

Pour de plus amples informations sur le sujet, rendez-vous sur la plateforme maison passive ou sur maisonspatze.be

Show Buttons
Hide Buttons