Copiste : un drôle de métier

copiste

Le terme copiste désigne une personne dont le travail est de copier des manuscrits de musique. Ce métier né depuis l’Antiquité a beaucoup évolué de nos jours. Si la naissance de ce métier a été motivée par un souci de production de copies de documents administratifs et de textes destinés à l’enseignement et à la propagation du savoir, l’objectif n’a pas changé. Cependant, ce métier s’est professionnalisé et nécessite une formation et des aptitudes pour le pratiquer.

A lire également : Le futur de la tour Montparnasse

Historique et évolution du métier de copiste

Dans l’Antiquité, les moines avaient comme principale occupation de recopier les textes sacrés pour les mettre à la disposition des prêtres et des hommes instruits. Dans l’Égypte Antique, le métier de copiste pouvait être assimilé à celui de scribes. Leur fonction était de recopier les textes sacrés et administratifs. Dans la Rome, le copiste était aussi un secrétaire. Ce métier évolua au Moyen Âge ou il était uniquement dévolu aux moines qui l’exerçaient dans un scriptorium, sous la surveillance d’un armarius ou bibliothécaire. Au fil des âges, ce métier évolua et on distingua alors des spécialisations notamment dans les œuvres d’art, la peinture entre autres. Dès lors, on voit que ce métier ne se focalise plus sur les textes. Ainsi avec l’apparition de l’imprimerie puis de l’informatique, le métier de copiste ne se limite plus à recopier tel quel des textes. Maintenant, il se doit de les corriger, de les mettre à jour surtout dans la mise en page afin d’obéir à certaines exigences administratives.

Formation et exercice du métier de copiste de nos jours

Le métier de copiste tend à perdre son importance dans la société avec le phénomène d’automation qui gagne du terrain et appuyé par les technologies de l’information et de la communication. Toutefois, le métier est toujours exercé notamment dans les musées. Ainsi pour devenir copiste en France on doit forcément subir une formation. Le diplôme exigé est le CAP/BEP. Ainsi, il est nécessaire d’avoir un CAP monteur-incorporateur-copiste ou un CAP Composition. En effet, être copiste aujourd’hui nécessite des compétences et des aptitudes bien déterminées. Pour ce qui est des compétences, le copiste doit maîtriser les différentes techniques d’impression offset, héliogravure, etc. De même, il doit bien connaitre le déroulement des opérations dans une imprimerie. Pour ses aptitudes, il doit être minutieux, rapide, efficace, précis, adroit, car il peut être sollicité à n’importe quel moment.

A découvrir également : Nos conseils pour choisir son plâtrier professionnel

Show Buttons
Hide Buttons