Sign in / Join
cancer-sein

La reconstruction du sein, quels sont les procédés ?

Après ou en même temps qu’une mastectomie, la reconstruction mammaire est le plus souvent proposée selon les techniques qui suivent. Il s’agit de l’implantologie mammaire, de l’expansion tissulaire et de la reconstruction par lambeau. Un dialogue et une relation de confiance seront  instaurés entre la patiente et le chirurgien pour que la meilleure solution soit adoptée.

En fonction de nombreux paramètres

Seul le chirurgien en charge de la reconstruction du sein saura déterminer avec précision la technique à proposer à la patiente. Tout dépendra de son état de santé et psychologique, de sa morphologie, du stade de son cancer du sein ou encore de son environnement global de vie. Certaines personnes prennent d’ailleurs  tout leur temps avant de passer à l’acte et préfèrent d’abord utiliser une alternative comme le soutien-gorge rembourré ou la prothèse externe.

A voir aussi : Le diesel, le carburant des groupes électrogènes puissants

Les choix de la reconstruction

La méthode de reconstruction du sein la plus utilisée est celle de placer des implants mammaires. Il s’agit donc d’insérer des dispositifs qui sont remplis de gel de silicone ou de solution saline qui ressemble au liquide qui est présent dans l’organisme. Ils sont de formes, de taille et de profils bien variés autorisant ainsi un large choix.

La technique de l’expansion tissulaire est également répandue. La peau est étirée progressivement et une solution saline est injectée progressivement grâce à un port, et ce durant environ six mois. Un implant mammaire peut ensuite être posé après la période d’expansion.

A voir aussi : Organiser votre séminaire dans un hôtel à Nantes

Enfin, la reconstruction mammaire par lambeaux peut être proposée. Elle utilise des tissus de peau, de graisse ou de muscle pris à d’autres endroits du corps. Le chirurgien privilégiera les zones comme l’abdomen, le grand dorsal,  les fesses ou les hanches pour le prélèvement. Il fera en sorte que la patiente ne subisse pas de séquelles fonctionnelles à ces endroits. Si jamais le cas se présente, ces effets secondaires cèdent généralement quelques semaines après l’opération.