déclaration d'impôt assurance vie

Investir dans l’assurance vie pour parer aux coups durs

Quand on commence à gagner un salaire intéressant, on peut aussi commencer à épargner pour se constituer un petit capital en cas de coup dur ou au contraire pour investir un jour dans un projet. Avec la baisse des placements bancaires de types PEL, CEL, Livret A, investir dans l’assurance-vie devient une solution beaucoup plus rentable.

Les avantages concrets du contrat d’assurance-vie

  • On constitue un capital qu’on pourra transformer quand on en aura besoin en rentes (pour améliorer sa retraite par exemple) ou en capital avec des retraits programmés (pour augmenter ses revenus par exemple). On peut aussi créer ce capital pour pouvoir financer un projet futur : investissement immobilier, grand voyage, donation à ses proches, etc.
  • On profite d’une rentrée d’argent importante et soudaine pour la placer : vente d’un bien, cession d’une entreprise ou de parts, donation reçue, héritage, etc.
  • Le but est bien sûr de tirer avantage de la fiscalité de l’assurance-vie car en plaçant ce capital dans un contrat d’assurance-vie, vous ne paierez des impôts (IR et prélèvements sociaux) que sur les intérêts générés. Vous paierez également des impôts à la sortie du contrat (qui peut se faire en capital ou en rente) mais là aussi, que sur les plus-values générées.

Quelques conseils pour souscrire une assurance-vie

  • Faites-le le plus tôt possible ! En effet, les contrats d’assurance-vie présentent des retombées fiscales plus intéressantes si leur durée est d’au moins 8 ans avec un abattement très incitatif sur les gains. Alors, même si vous n’avez que 25 ans et que vous ne pouvez investir que de petites sommes, l’opération est intéressante et à 33 ans, vous aurez votre capital pour acheter un appartement par exemple.
  • Diversifiez vos investissements en assurance-vie : Plutôt que de tout mettre dans des fonds en euros dont le rendement va peu à peu diminuer, il vaut mieux répartir son investissement dans plusieurs fonds (actions, immobilier, obligations…).
  • Assurance-vie et régime communautaire : C’est une erreur classique dans les couples mariés, l’un des deux hérite ou reçoit une donation et l’investit dans l’assurance-vie du couple. Attention, sans clause de remploi, votre héritage (qui devait rester dans vos biens propres) est entré dans la communauté et en cas de séparation, votre conjoint aura droit à la moitié. Il faut y penser !

Pour être certains de faire les bons choix, qu’il s’agisse de faire le tri entre les nombreux contrats d’assurance-vie et de capitalisation ou d’éviter ce genre de pièges ou les fonds risqués, prenez l’avis d’un expert pour investir dans l’assurance vie.

A voir aussi : La surprime et les contrats d’assurance auto

En plus, la plupart des conseillers en assurance sont rémunérés par des sociétés d’assurance diverses et l’étude de votre situation est souvent gratuite alors profitez-en (avec les règles européennes, cela pourrait bien changer prochainement) !

Lire également : Comment négocier son crédit immobilier ?

Show Buttons
Hide Buttons