Sign in / Join
Fleuriste boutique

Zoom sur comment devenir un fleuriste

Le marché de la fleuristerie, en France, est assez lucratif: on parle de plusieurs milliards d’euros à chaque année de chiffre d’affaires! Ça en fait, des mamans et des amoureuses qui reçoivent des cadeaux. On ne peut pas dire que les achats soient en diminution, malgré la baisse du romantisme des hommes, du moins si on se fie aux dires de certaines! Pour les entreprises qui vendent des fleurs, donc, il n’y a pas raison de se plaindre. Devenir fleuriste, ça ne se fait toutefois pas en claquant des doigts. Il y a des compétences particulières à maîtriser et il faut également comprendre l’univers compétitif dans lequel on envisage de se lancer, sous peine de se casser les dents. Nous regarderons donc, dans les prochaines minutes, comment cela fonctionne.

Les tâches du fleuriste

Avant de choisir une profession, il faut bien entendu comprendre ce que celle-ci implique… voici donc ce que vous pourriez avoir à accomplir une fois votre formation terminée :

A lire aussi : Comment mettre son argent à l'abri quand on tient un commerce ?

  • Le fleuriste fait la vente au détail des fleurs, des arbustes en pots ainsi que de diverses plantes.
  • Avant la vente, il est tenu de préparer les fleurs pour ses clients. Il devra notamment les couper et les nettoyer.
  • Ensuite, il devra assembler ses produits en bouquets et en arrangements floraux particuliers.
  • Le fleuriste peut aussi être engagé pour faire la décoration florale d’un édifice ou d’un événement. Dans les deux derniers cas, il devra faire travailler sa créativité au maximum pour trouver des idées innovantes en lien avec les demandes des clients.
  • Offrir des conseils aux gens en boutique.

La formation du fleuriste

Celui qui veut vendre des fleurs devra acquérir des connaissances ainsi que des compétences afin de réaliser son métier au maximum. En France, pour obtenir le titre officiel d’artisan, il faudra que la personne obtienne une formation  en art florale. Celle-ci peut aussi bien être un CAP, un BEP, un BAC Professionnel ou encore un BTS. Au Québec, on proposera généralement  le DEP en fleuristerie comme une bonne porte d’entrée dans le milieu : celui-ci dure environ 1035 heures, donc 9 mois de formation s’il est fait à temps complet. Ceux qui possèdent un DEP en horticulture ornementale ou en réalisation d’aménagement paysagers à Nicolet peuvent, par la suite, suivre des cours spécifiques pour leur servir de « passerelle ».

Les possibilités d’emploi

Tout d’abord, il est possible de commencer à se faire de l’expérience en travaillant dans une des nombreuses boutiques de fleurs à travers le monde. Westmount Florist (voir ici), un fleuriste du Québec, recommande de se faire une meilleure vision de l’industrie avant d’envisager d’aller plus loin. Après tout, la fleuristerie a plusieurs sous-industries et vous pourriez tomber en amour avec l’une d’elles…. On pourrait donner en exemple les fleuristes de mariage et ceux qui se spécialisent dans l’événementiel. Le sentiment d’accomplissement sera souvent plus grand pour ceux qui ont la chance de travailler sur ce genre de projets d’envergure!

Lire également : Le choix d'un groupe électrogène : que prendre en compte ?

Suivre les tendances du marché

En conclusion, il faut rappeler que dans l’ère du web, il faut savoir s’adapter très rapidement à tous les changements. Les fleuristes qui ont des connaissances de base dans le marketing sur internet pourront plus facilement faire connaître leurs services; sinon, il faudra trouver d’autres façons de se démarquer de la masse.